SARAH TROUCHE

25 février – en présence de l’artiste.
Sur une proposition de Caroline Corbal.

Décomposition & Transcendence
Drawing landscape

Pour cette septième édition du projet Metavilla, et afin de prolonger la réflexion sur le rapport à l’espace, l’installation propose deux vidéos de Sarah Trouche : Décomposition & Transcendance ainsi que Drawing Landscape. Il s’agit de s’attacher ici, dans ces deux œuvres par des processus différents à la question du corps et de sa possible reviviscence au sein de paysages associés et revisités.

image1

Décomposition & Transcendence est une vidéo réalisée pour le Manhattan bridge pendant l’Armory show en 2016. Celle-ci pensée pour l’espace public souligne le caractère de la limite des espaces qu’ils soient partagés ou collectifs. Tournée juste après l’incendie ayant eu lieu en périphérie de Bordeaux, les arbres calcinés imposent un sinistre environnement ainsi qu’un horizon contemporain de désolation et de tragique. Dans ce paysage de désastre dévasté, seule une jeune femme nue à la peau nappée de vert captive notre attention. Elle semble poser par sa simple présence doublée d’une gestuelle désarticulée la question des croyances sans échos face au reste du Monde. Par ses entrelacs dansés, elle nous conduit au seuil d’une transe hypnotique pouvant se lire comme une allégorie transcendée et hybridée des frontières entre homme , nature, environnement et mythe.

9FC4666A-AA8E-492E-B104-0106F420872A

Drawing Landscape est une vidéo qui est quand à elle tournée dans le désert du Sahara. L’artiste performeuse, positionnée au centre, nue, immobile, le corps totalement recouvert de la couleur bleu Touareg, la tête parée d’un foulard cheche disparaît partiellement sous les nuages de sable créé par un 4X4 tournoyant à vive allure autour d’elle. Florian Gaité évoque dans l’un de ses textes au sujet de cette pièce : « elle affronte une tempête de sable locale artificiellement provoquée, poétisant l’évolution de ces paysages arénacés, constamment redessinés. Son œuvre dépeint sous tous les angles les dissonances d’un monde en pleine mutation, tiraillé entre tradition et modernité, logiques micro- et macroscopiques, développement d’une standardisation mondiale et foyers de résistances à celle-ci. Au seuil des frontières physiques et mentales, Sarah Trouche se pose en sentinelle des dangers contemporains, déployant une œuvre alerte et engagée, qui dénonce les échecs de la mondialisation et l’érosion du respect d’autrui qui s’y opère…(.) »

www.sarahtrouche.com