Ken Wongyoukhong « Metavilla, installation urbaine – Bordeaux

Ken Wongyoukhong

MEET#1 / 29 sept 2016 – 20h

C’est une longue histoire. Une de celle que l’on se plaît à raconter.
Il n’y a pas d’effets spéciaux dans ce récit ni de filtres dans ces photographies.
Ken est photographe. Pas un de ceux que les réseaux sociaux ont fabriqué pour l’ego ou pour le non-sens, même si cela finit toujours par trouver un sens aujourd’hui. Anthropo-philo-pseudo discours que l’on peut mettre sur tous les niveaux. Non, Ken n’est pas de ceux-là.

  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt
  • évènement pris en photo par Nicolas Louvancourt

Même s’il s’est fait son nom sur la toile par delà le public et les professionnels de l’image. Il a surtout la gloire des rencontres humaines. Celles qui ne sont pas calculées. Celles que l’on ne peut pas saisir en étant faux. Ce paraître qui se plaît tant à distiller les dialogues pour mieux les pulvériser. C’est par le sujet photographié même que nous connaissons ce qui façonne le photographe, l’habite et le dérobe de son regard d’humain pour le rendre universel.
Le travail photographique de Ken nous invite à un voyage : celui d’un homme qui ne se lasse jamais de ces échanges. Celui d’un photographe qui cherche à capturer l’authenticité dans cette ère où tout se veut lisse et écranisé. Passer derrière l’objectif de Ken, c’est accepter sa fragilité comme force et comme beauté semblable à une fleur poussant sur un macadam.

tout droits réservés Ken Wongyoukong

Ce sont les figures des marginaux, des exilés, des oubliés, de tous les à-cotés que la société a souvent brimés au nom de son image. Ken met en lumière tout ceux que la ville a mis dans l’ombre.
Dans ce système où chacun semble courir vers une destination insufflée, codifiée et normativée, il s’arrête pour photographier ces visages qui s’offrent comme de réels paysages. Pour qu’à notre tour, nous puissions enfin prendre le temps de regarder cet environnement si lointain et si proche.

https://www.facebook.com/events/330585537279301/