JACQUES PERCONTE

jacques-perconteDu 10 au 27 octobre 2016.
Sur une proposition de Caroline Corbal.

 

Vieille-Saint-Girons, sans titre n°2

Les paysages du quotidien sont le produit d’une projection esthétique où les notions d’enveloppe liquide, de flux et de fluides agissent comme les descriptifs de cet espace-temps submergé par cette masse numérique informationnelle. Jacques Perconte dans ces images recueillies au creux des vagues à Vielle-Saint-Girons, dans les Landes – met en œuvre un flot d’interstices, voir un réel sillage mettant en tension leur nature même. Platon les désigne comme appartenant à un monde intermédiaire et n’étant une « véritable réalité 1». Elles sont des simulations purement symboliques donnant accès à un environnement entre le monde matériel et le monde immatériel.
Jacques Perconte interroge cette ambivalence troublante générée dans l’intervalle de ces espaces numériques tout en imageant cette absolution liquide du devenir contemporain. Il s’agit du lieu même où se jouent les perturbations et les singularités; et où la notion de l’imaginaire est en proie à la déambulation de l’intime, dans cet écart, entre le représentatif et le suggestif. Cet espace entraperçu se parcourt désormais de toute part avec un esprit d’appropriation du réel faisant corps avec un certain subjectif. Dans ce monde d’apparence polymorphe, l’artiste développe une densité de formes s’auto-régénérant et s’entrecroisant de manière quasi-envoutante depuis les profondeurs de ces ondes numériques. Nous sommes happés par cette déflagration du réel écranisé lente et évidente à laquelle il nous convie. Ce sont des surbrillances saturées de couleurs en croissance qui se dessinent laissant présager les confins de l’abstraction de ces nouveaux mondes. Dans ce milieu numérique tantôt rigide et mouvant, nous sommes amenés par son travail pictural à parcourir des vibrations du réel et où les intensités immersives agissent comme un naufrage symbolique. Tendant à s’identifier l’un dans l’autre, loin de se compenser l’un dans l’autre, c’est une confusion topologique qui s’opère en puissance dans le rapport que nous entretenons avec notre environnement, mettant en tension une rupture, quasi-vibratoire.
Cette extrême représentativité que Jacques Perconte dilue depuis les entrelacs de l’infrastructure mathématique des images confère à ses représentations un étrange sentiment d’où semble jaillir d’autres perceptions et ce dans un développement intense. C’est un éblouissement chromatique où la matière nous revient dans une puissante matérialité sans que nous ayons eu à même le temps de nous en apercevoir.

— – – – – – – – – –

Jacques Perconte (né en 1974, vit et travaille à Paris), est un artiste visuel qui sculpte le numérique comme une matière plastique. Son travail concentré sur le paysage, déclinant film linéaire pour le cinéma et film génératif pour l’exposition, performance audiovisuelle, photographie et installation, consiste à ressaisir la nature, notamment dans le rapport culturel et technique que nous construisons avec elle. Les œuvres de Jacques Perconte naviguent entre les salles de cinéma et les salles d’expositions…
www.jacquesperconte.com

 

1 PLATON, Livre VI de la République.